La pêche en pirogue

La pirogue est encore aujourd’hui l’embarcation la plus utilisée sur notre île pour l’activité de pêche. Ces pirogues traditionnelles, à rame et parfois à moteur, ne bénéficient pas de permis de navigation et ne sont pas immatriculées. Difficiles à recenser de manière exhaustive, elles seraient les plus nombreuses avec 700 à 800 navires actifs.

Les piroguiers pêchent dans le lagon ou sur le tombant externe du lagon. Ils utilisent principalement des lignes à main avec un hameçon appâté lancé à proximité du fond. Cette technique, nommée la palangrotte cible les poissons qui vivent dans les fonds marins proches des récifs sur de faibles profondeurs (inférieures à 150 m). Les piroguiers pêchent à la journée ou de nuit à la lanterne.

La pêche à la lanterne, pratiquée également par de plus grosses barques, permet non seulement de signaler l’embarcation de nuit et d’avoir de la lumière à bord, mais surtout d’attirer les poissons. Ce type de pêche fonctionnera bien moins à la pleine lune.

Un pêcheur en pirogue à moteur.

Aujourd'hui, les pêcheurs en pirogue mettent un petit moteur sur leur embarcation.

Alexandra Gigou / Office français de la biodiversité

Aujourd'hui, les pêcheurs en pirogue mettent un petit moteur sur leur embarcation.

Alexandra Gigou / Office français de la biodiversité

Piroguier pêchant à la palangrotte.

Un pêcheur pêche à la palangrotte sur une pirogue à balancier.

Yannick Stephan – Mayotte Découverte

Un pêcheur pêche à la palangrotte sur une pirogue à balancier.

Yannick Stephan – Mayotte Découverte