Le suivi des mangroves

En 2017 et 2018, l'université de Nantes a initié un suivi innovant de la surface et de l’état de santé des mangroves à partir d’images satellites.

Croisées à des données terrains, ces images avaient permis la création d’une cartographie automatisée mais peu précise (pixel de 10 mètres sur 10 mètres). Un second travail avait permis d’envisager un système d’alerte sur l’état de santé des mangroves mais qui reste à recouper par des données de terrain.

Le Parc souhaite reprendre ce projet en demandant à un bureau d’études de l’affiner, notamment grâce à des comparaisons de la surface et de l’état des mangroves sur plusieurs années.

Par ailleurs, le Parc naturel marin de Mayotte cofinance la démarche ARESMA  (Agir sur la résilience des systèmes socio-écologiques de mangroves de Mayotte afin de favoriser leur préservation) menée par le Centre universitaire de formation et de recherche de Mayotte (CUFR). Les résultats de ce projet doivent permettre la mise en place d’une gestion adaptée visant la préservation des mangroves et le maintien des services qu’elles rendent aux hommes.

Enfin, le Parc a collaboré à l’élaboration du document d’aménagement de l’Office nationale des forêts (ONF) en 2018.