Conseil de gestion de janvier 2020

16 janvier 2020

Première réunion de l’année 2020 du conseil de gestion du Parc naturel marin de Mayotte

Jeudi 16 janvier 2020, le conseil de gestion du Parc naturel marin de Mayotte s’est réuni au SIEAM à Kawéni. Il a voté plusieurs délibérations, notamment concernant la gestion de la pêche dans les eaux du Parc et le projet de transport en commun CARIBUS.

réunion du conseil de gestion
Réunion du conseil de gestion du Parc naturel marin de Mayotte le 16 janvier 2020 au SIEAM à Mamoudzou|Amandine Escarguel / Office français de la biodiversité
Réunion du conseil de gestion du Parc naturel marin de Mayotte le 16 janvier 2020 au SIEAM à Mamoudzou|Amandine Escarguel / Office français de la biodiversité

Pour une pêche locale durable à Mayotte

Le Parc et ses partenaires mettent en place une stratégie de développement durable de la pêche locale. Pour que celle-ci soit pourvoyeuse d’emplois et écologiquement exemplaire, l’ensemble de la filière doit être consolidée.

Les premières actions prévues sont :

  • l’installation de dispositifs fixes de concentration de poisson ancrés à l’extérieur du lagon,
  • la mise en œuvre de structures de débarquement (halles à marée, machines à glace, pontons...),
  • le renouvellement et la mise aux normes de la flotte côtière,
  • la formation des marins,
  • la préfiguration d’un comité régional des pêches.
     
Pêche en barque motorisée

Deux pêcheurs sur une barque motorisée partent vers le large.

Agnès Poiret / Office français de la biodiversité

Deux pêcheurs sur une barque motorisée partent vers le large.

Agnès Poiret / Office français de la biodiversité

Décision du conseil de gestion : Suite à la présentation de l’état des connaissances sur la pêche artisanale embarquée et des projets prioritaires pour son développement durable, le conseil de gestion invite l’ensemble des acteurs à s'associer au développement d’une pêche locale durable à Mayotte aussi bien en matière de sécurité des pêcheurs que de sécurité alimentaire des populations et de gestion durable des ressources halieutiques.

Un thon en plein saut.

Un thon en plein saut.

Yannick Stephan – Mayotte Découverte

Un thon en plein saut.

Yannick Stephan – Mayotte Découverte

Pour la limitation des impacts des thoniers senneurs

Les thoniers senneurs sont des navires industriels qui entourent le poisson avec un grand filet de un à deux kilomètres de long qui se referme comme une poche pour récolter tout le poisson qui se trouve à l’intérieur. La pêche à la senne tournante a plusieurs impacts:
Les estimations de la Commission des thons de l’océan Indien indiquent que le thon jaune (Albacore) est en état de surexploitation et sujet à la surpêche par les senneurs à l’échelle de l’océan Indien.
Par ailleurs, la technique de pêche consistant à déployer des dispositifs de concentration de poissons dérivants (DCPd), privilégiée par ces navires, a des impacts importants sur l’environnement en matière de pollution, d’amenuisement de la ressource en poissons et de menaces sur certaines espèces protégées.

Décision du conseil de gestion : deux délibérations ont été prises 
•    Considérant les impacts particulièrement négatifs de la pêche à la senne tournante utilisant les dispositifs de concentration de poissons dérivants (DCPd), le conseil de gestion demande que cette technique soit interdite dans tout le Parc naturel marin de Mayotte.
•    Considérant l’impact notable de la senne tournante sur les stocks de poissons, le conseil de gestion demande la réduction de l’effort de pêche des senneurs dans le Parc, notamment près des côtes et du lagon.

Pour le projet de transport en commun CARIBUS

La mise en œuvre d’un dispositif adapté de transports en commun est une action stratégique majeure pour le développement durable de Mayotte. L’objectif de réduction de la circulation automobile sur l’un des axes majeurs de l’île vient contribuer à l’atteinte des objectifs fixés dans le plan de gestion du Parc.

Décision du conseil de gestion : le conseil de gestion émet donc un avis favorable au projet CARIBUS assortis de plusieurs recommandations pour limiter l’altération de certaines zones de mangroves et réduire l’écoulement des eaux de pluie.